Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

histoires pas racontables

Bon appétit !

Publié le par odine

Bien le bonjour vous !
Tiens tiens, une nouvelle histoire pas racontable ?
Si vous voulez bien sûr.
Ca va changer des broderies, chichouilles cousues, pochons fleuris tout ça. Mais depuis longtemps j'ai le taffu (petite colère), devant des trucs énervants.
Et vous aussi pour certains, vous subissez ça je parie ?
Puisque par chez moi nous faisons partie des bobets qui grignotent tout en regardant la télé, on se délecte d'un tas de pubs, loin d'être ragoutantes.
Déjà, quand t'es en pleine tartiflette vers midi et qu'on te montre la pauvre fille qui saigne des gencives...Sacrebleu, elle ne connait même pas le dentifrice "pouet-bo-chicots" la misérable.
Même si c'est pour de faux, ça gâche le goût du rebloch', non ?

Et l'autre, tout content de nous montrer le tuyau pourri de son lave-linge bouché ; et ce sournois appuie dessus pour faire sortir la chose dégueu qui s'y love... "Fallait pas oublier l'anti-prout-qui-enlève-la-crasse- des tuyaux" : bien fait.
Tout ça pendant la polente aux diots ; sacrilège !
 
(polente aux lardons, les diots sont au chaud)
Celle-là, qui tire des larmes de compassion : quoi ? T'as pas lavé le lave-vaisselle ma biche ? Regarde-le : tout craspouette et graillon. Ca donne faim. T'as même pas pensé aux pastilles bleues à pois rouge : "j'te-torchonne-tout-comme-y-faut-avant pendant et après" ?
On voudrait finir notre choucroute sans vision de cauchemar.

Attends ! On pleure de joie devant la dame à la culotte magique, invisible ; avec la musique qui fait plouit ♪... plouit ♫ ; bon, c'est moins sale que les bouchons, on ne voit pas les dessous. Et puis là, quelle veinarde ! Elle a la solution : "culot'blindée-étanche-anti-fuite-plouitt ♫" ; mais à l'heure du gratin... Pllouiitt !

 

♫♪ Pllouiiitt !

Et puis les wa-was gratinés eux aussi, qui rêvent d'un "coincoin-anti-puanteur-décalaminant" pour être tout prop. et sentir la flore.. oups, la fleur sauvage : on est des humains, mais tout'd'même crotte !
(Notre boudin aux pommes en tourne de l'oeil, désolée..)
Restons dans l'ambiance, tiens ! Encore une pauvre gourgandine qui ne fait pas popo tous les jours ; pitié saperlipopo-pète.
Allez, une bonne giclette de "laxaboum-débouche-moi-ça"...
Et..non ! 20 minutes plus tard, la belle est toute contente, déballonnée et folle de joie.
Punaise arrêtez ! Pas à l'heure de la ratatouille. Vive la France !
Ah, j'oubliais : l'évier farceur, plein de matières grises (ça a failli) avec des trucs qui surnagent et les deux nigauds voyant ça, en sont tristes comme la mort, car ils ne connaissent pas "anti-bouchon-turbo-de-mes deux".
Pof, j'avale de travers ma saucisse de Toulouse.

 

Mon plombier préféré.

Allez, on oublie celle qui montre une bonne fois pour toutes, les belles images représentatives de la grâce féminine : avec les nouvelles serviettes à ragnagnas : "Gnagna".
Ahh, un bon café avec mes copines, en attendant "Joséphine ange-gardien" (oui bon..), et vlan ! On tombe sur "Gnagna".
Gaffe-toi que ta madeleine ne t'étouffe point si tu rigoles trop ma vieille, dis-je à l'une des copines. Sinon, j'appelle madame plouit anti-fuite.
C'est le temps des miasmes ; pourquoi les pervers faiseurs de pub nous infligent ces tortures à l'heure de la soupe ?
Oui bien sûr, on coupe le son ou la télé, mais nous risquons de rater la suite de Nagui en oubliant de remettre en route...
C'est bête.
Allez, je vous souhaite un bon pot-au-feu, en regardant le paysage de chez vous, ça met en appétit au moins. Peut-être même des idées de repas ?
A bientôt. Beurp ! (oups)

 

 

Partager cet article
Repost0

Qest-ce qu'on fait maintenant ?

Publié le par odine

                                  


                  Puisque le ventilo est rangé
                 jusqu'à la prochaine canicule...

...on peut enfin user des pistes cyclables du coin
sans se liquéfier à 35° à l'ombre....

...Quand y avait de l'ombre.

 

On  peut partir au chant du corbeau pour voir se lever le soleil sur le bleu azuré et tout ça.
(Je ne veux pas m'esbaudir outre mesure sur ce lac annécien plutôt  touristique, mais je l'aime bien quand même lui.)


 

Chercher un estaminet pour siroter un capoutchino avec vue sur la mer.

 

Se dire qu'on est pas à la mer.

 

Laisser nos trottinettes se reposer et faire semblant de trouver des champipis.

Mais aussi traîner des heueueueueures dans les vide-greniers et trouver enfin le casier d'imprimeur,
 qu'on ne cherchait plus.


 

5 euros l'animal, c'est donné,
 avec dans le fond, un beau  papezing d'origine bien coincé sous les cases ;
 découpé au cutère (en français) pour commencer.


 

Mais, interdiction de déclouer le fond sous peine de massacrer le bois,
les clous sont millésimés.
 Se mâiller les ongles pour gratter le reste du papier
 coincé sous les barres en bois.
Je préfèrerais refaire le toit de l'immeuble que continuer ça.


 

C'était pour participer quoi, bref j'ai laissé faire le pro et suis retournée à mon boutis, les zongles niqués oups,  pique-niqués.
Après un ponçage du bois et un délicieux bain à la soude,
le reste du papier a rendu l'âme.

 

Patine acajou pour finir.
Voui, le fond est moche mais on laisse tomber; 
 finalement, on aurait pu le déclouer
 pour lui faire un lifting à ce fond punaise, vu son profil.....  
Bon, fallait pas.
Et puis, je vais  devrais y mettre des broderies... Un de quatre après-midis... un de ces jours...à la st glin-glin.
BIEN-TÔT !!!

 Allez, bonne semaine et soyez forts,  va faire beau.


☼☼☼
 
Partager cet article
Repost0

Histoire résolument bleue

Publié le par odine

Bonjour vous.


Ca vous est déjà arrivé,  au péage de l'autoroute, de larguer votre carte bleue PAR TERRE, au moment de l'introduire dans le truc pour payer ???
Mmmmh ?

Bon ! ELLE est là, par terre bigre et bien sûr, comme je me colle à ras la machine pour pouvoir tendre mon petit bras (vous aussi hein ?) :

a)  impossible d'ouvrir la portière,

b) ni d'avancer à cause la barrière électrifiée,

c) ni d'ouvrir la portière de droite à cause les lance-roquettes posés là pour empêcher toute fuite,

d) ni de reculer car le ouistiti derrière a collé son quat-quat contre mon pare-choc et hurle à la mort ;

il est debout sur son volant en train de vitupérer à travers son moche pare-brise, bourré de moucherons assassinés.
Il est plein de courroux dis-donc !

Je me ratatine un tantinet tout à trac (dites-le pour voir), sur mon siège baquet, attendant le jugement dernier.
J'ai juste eu le temps de coller un ramponneau sur la targette de la malheureuse machine, pour appeler au secours.

Tout à coup, une voix céleste sort du néant et assure que " madame on arrive".
Crotte, ils ont une caméra et on dû voir mon faciès de guenille pétrifiée, à cause du teigneux aux moucherons.

 La li lali la la, je me vois dans une forêt verdoyante enchantée, entourée d'une douce nuée  bienfaisante, lorsque je vois un mignon farfadet avancer vers moi comme au ralenti ;
le cher petit se penche devant ma calandre et d'un coup de reins magnifique : hoooop !
 Il  cueille ma cartounette et me la tend avec un sourire à faire pleurer une horde de hyènes.
Non, je ne rêvais pas !

 Le mal élevé derrière, me dit des mots doux savoyards et les autres me les disent en javanais, mais je m'en tamponne, éperdue de reconnaissance pour ce  ptit gars qui m'a sauvé la vie.

Ah  sapristi ! Tout ça pour 1 euro 30 ct et gagner 5 mn.

Le bagolu aux moucherons m'a doublée tellement près, que nos deux carrosseries ont fait des étincelles ; c'était beau !

Des fois j'aimerais bien apprendre à donner des coups de lattes à gauche à droite, comme Jacky Chan mais bon ; en pensée seulement..

Foi de cartounette ! 


                                                   *******

 Encore du bleu.


 
Il est beau,  même sans ses feuilles; 
je vais lui tricoter un habit vert avec mes fils d'avril, promis.

                                          
J'en profite pour vous montrer mon biscornu bleu, toujours avec ce tissu de couturière.

Lui


J'ai carrément triché en piquant les contours des deux carrés à la machine, pour ensuite cacher la couture avec des points de chaînette... ça se voit pas ? cheeky
C'est un travail de flemmarde, comme on aime...
 
On continue, y a pas de raison : potiron bleu et sa copine qui sert à ranger... trois petits pois..

 

...et un papillon

Allez, très bonne journée même s'il pleut.



                                               
                                    
Partager cet article
Repost0

Mais qu'est-elle devenue ???

Publié le par odine

 

                    

  Ahhhh souvenez-vous: le cadeau du siècle que je me suis fait  .

                      La pauvre bête finalement, fait carrière chez ma copine Eve et "coule" des jours heureux.

                      Cadeau ma grande puisque tu en voulais une.
                     Eve est ravie et ne rencontre pas de défectuosités (c'est beau hein?) ni de  , dans le fonctionnement
  de cette merveille à café. (Elle a fait venir un pro de la cafetière).
                                         
Je veux bien désosser ma machine à coudre quand elle a des spasmes,
je suis prête à  changer un  cardan, de mon auto si besoin,
mais s'il faut être mécano pour se faire un café : NON.

J'ai ressorti de l'antimites ma vieille cafetière qui tourne au gasoil, mais fait son boulot sans broncher.
                 Quelle belle histoire et tout à une fin, snif !                       

                
                                            
                                                                              

                              

     Elle veut sûrement parler du machin en plastique, là derrière nous ; (paroles de chats)
 pfffoui, la honte !     
                     

                        ♥♥♥                     

Partager cet article
Repost0

C'est fait !

Publié le par odine



Déménagement accompli !
Pas glop, mais pas le choix :  il fallait partir et abandonner
notre maison aux farfadets.

Atterissage sans filet dans un tagada-tsoin appart.
 tout comme y faut,
avec l'eau et le gaz à tous les étages, de la lumière
et des voisins tout le tour de la taille. 
(je ne savais pas que les voisins pètent le matin
 ont des talons aiguilles
s'engueulent, font pipi la nuit
et aussi...des cabrioles).
Peut-être que c'est mal isolé dites-donc, au prix qu'ça coute?
En fait, n'aurions-nous pas tous le profil du voisin idéal?
Je m'interroge.....

 

 

Partager cet article
Repost0

On fait encore dans le bassement materiel.

Publié le par odine

Bonjour, un petit café ?

Quand on a envie de faire les soldes, chacun(e) le sait, on s'achète des trucs utiles qui servent à rien.
Alors, je me suis fait un cadeau empoisonné :  la Senséo qui-fait-du-café sans ses bas.
 Ah du café sans s'emaverdaver à saupoudrer la cuisine avec le café moulu, qui nous saute au nez dès qu'on approche le bocal et le filtre usagé qui se renverse TOUJOURS devant la poubelle, bigre !

Ma copine est venue exprès, pour inaugurer ma machinacafé, arrivée directe en promo de chez les Mousquetaires parce qu'il n'en restait qu'une.

Bon, épluchage de la notice et branchement de la bête. Même pas eu le temps de dire ouf, que toute la flotte du réservoir se répand par on ne sait d'où sur le plancher. Saleté !
Qu'à celà n'tienne, on recommence en mettant du café ce coup-là ; (le premier coup, fallait pas en mettre).
 Placer le petit truc rond de café dans la galetouze à dosettes et attendre que madame ait fini de prout-prouter pour démarrer.

Pcchittt,  vloufff, prrrrrrr ouiiittt  fait la machine! Je défaille : la sournoise nous distille de l'eau merdique dans deux pauvres tasses (avec des chats peints) qui en débordent de chagrin.

 


Quoi ! Toujours rien !
Et la petite rondelle de café tout édioffée dans son logement, pourtant bien installée...ça m'énerve.
On commence à sentir non pas le café (le quoi ?) mais le courroux monter insidieusement dans nos petites têtes dubitatives. Oui quand j'ai le bolu (énervée) j'emploie des mots que je ne comprends pas.

On voudrait un mécano svp.

Pas question d'attendre le retour du guerrier, on veut du café ménant !

Remballer le tout comme y faut dans le carton (tontaine, oui bon je la fait chaque fois) et attendre des jours meilleurs.
Epuisées, désydratées mais néammoins narquoises, on se fait un thé avec la bouilloire (celle-qu'à-un-fil-tellement-court) et des yeux de serials killers en direction de la Senséosansébas.

T'inquiète ma vieille, on l'aura la gueuse.

Avec la tête que j'ai, Madame Inter-Marché va refuser de reprendre ma machine qui fuit, mais qu'importe, demain je ramène la chose avec le fol espoir qui m'habite.

Hé oui, il faut peu de chose pour être heureux, une promo et une copine de galère, et pis c'est tout.

La suite demain, peut-être.
    

                                                                
Samedi 15 novembre, 13h46.

Suite de la machinacafé.

Hé bien, Médames Inter-Marché (elles étaient deux pour mieux m'achever) ont refusé de reprendre la bête qui a été testée par elles et marche impec, me disent-elles ;
mais le pire c'est qu'elles ne croient pas que j'avais vraiment OUVERT le carton et mis le machin en route, car je me suis fait scier à trop bien remballer Sanséo et tout nettoyer ; mmfff !
Donc je repars avec un truc qui est peut-être défectueux (je peux douter aussi non?) et en plus on  n'a pas cru que j'avais déballé l'engin et là, j'enrage intérieurement. Les deux marchandes ont réussi à me faire croire que c'est moi la gourde, va savoir.

Les hyènes !

Allez va, je remets en route ma vieille guinde moulinex à claquettes, elle qui ne m'a jamais larguée d'ailleurs.

Finalement, on s'attache hein ?



                                                                                

Partager cet article
Repost0

Tribulations bassement ménagères

Publié le par odine

  C'est bête.

Quand on s'empapaoute à tenter d'ouvrir un paquet de biscuits,
 qu'on s'est éclaté deux ongles et juré comme un grenadier
pendant un quart d'heure, on s'aperçoit hors d'haleine,
 qu'on était à un mm du truc PREVU POUR OUVRIR.
 



CQFD !

°°°

Partager cet article
Repost0